Messe propre pour les Couvents – de Couperin

L’Orgue en Festival 2024

Date : 14 juil. 2024 17:00
Âge recommandé : dès 6 ans
Entrée libre, collecte à la sortie
Plus d'infos
sur monbillet.ch

Les Concerts de Romainmôtier présentent Messe propre pour les Couvents de Couperin avec Tobias Willi, organiste.

François Couperin (1668-1733) a composé et édité sa Messe pour les Couvents à l'âge de 22 ans. Avec la Messe pour les Paroisses, publiée en même temps, il s’agit de ses uniques œuvres pour orgue. Les deux cycles contiennent une série de pièces d'orgue qui alternent avec des chants grégoriens. Cette pratique alternatim (orgue-schola-orgue-schola, etc.) concerne le Kyrie, le Gloria, le Sanctus, l’Agnus Dei et l’Ite missa est terminal. Comme l'orgue remplace des parties habituellement chantées lors de la messe, les célébrants de l’époque devaient réciter les textes supprimés à voix basse pendant les pièces d’orgue; on y renonce naturellement dans ce concert.

La Messe pour les Couvents (titre original: Messe propre pour les couvents de religieux et religieuses) se compose, comme son œuvre-sœur, de 21 pièces d’orgue au total; celles-ci sont toutefois plus courtes et surtout écrites dans une seule tonalité, i.e. en sol majeur. Elles témoignent de la maturité stylistique précoce du compositeur encore très jeune et de sa grande maîtrise. Avec le Livre d’Orgue de Nicolas de Grigny, il s’agit des œuvres les plus remarquables du répertoire d'orgue français classique.

Afin de donner une impression non seulement musicale, mais aussi liturgique de l'insertion de la musique d'orgue dans le déroulement de la messe, la Schola inclut dans le programme en outre des autres parties chantées de la Messe : L'introït De ventre matris, le graduel Priusquam te formarem et la communion Tu puer propheta sont des chants qui ne sont exécutés avec leurs textes propres que lors de la solennité de Saint Jean-Baptiste. Le Credo n'est chanté que les dimanches et lors des jours de fête; c'est pourquoi il trouve également sa place dans ce contexte. La préfation sert d'introduction au Sanctus; le Pater noster est présent dans chaque messe. En France, aux XVIIe et XVIIIe siècles, de nombreux chants grégoriens ont été adaptés aux besoins de l'époque en matière de la mélodie monodique ou même recomposés. C'est pourquoi la Schola s'appuie sur un livre de chants de messe*, imprimé à Paris en 1658 et largement diffusé à l'époque de Couperin.

Enfin, la pratique d'exécution des chants avec l'utilisation du serpent (instrument à vent grave ressemblant, par sa facture, au cornet à bouquin) suit une tradition d'accompagnement des chants liturgiques répandue en France jusqu'au 19e siècle. Ce type d'instrument a été construit et utilisé pour la première fois en 1590 à Auxerre (F) dans ce but précis.


Au programme
François Couperin (1668–1733)
Messe pour les Couvents (1690)
Saint Jean-Baptiste
Chants Grégoriens pour la solennité

Avec
Sophia Moody
serpent
Bernhard Hangartner
cantor
Tobias Willi
orgue

Avec la Schola Cantorum Vocetia: Carmen Frei, Barbara Golan, Christine Hüttner-Fischer, Rebekka Knüsel, Christian Alpiger, Walter Blum, Willy Deck, Johannes Gerber, Emanuel Graf, Ernst Hausherr, Ernst Lehner, Peter Schwaller et Dieter Studer.


Schola Cantorum Vocetia

La Schola Cantorum Vocetia a été fondée en 2001 par Bernhard Hangartner ; elle se consacre exclusivement à l'exécution de chants grégoriens dans le cadre de projets concertants ou liturgiques. A l'origine, elle était composée uniquement de voix d'hommes. Depuis le début de l'année 2023, des voix féminines participent également à la Schola, conformément à une pratique qui était déjà en vigueur au Moyen-Âge dans les monastères doubles. Les tâches de la Schola comprennent l'organisation de services religieux, la collaboration avec des organistes dans différents endroits en Suisse (Brugg, Lucerne, Zurich, Rheinau, etc.) et la participation à des programmes de concerts thématiques ou axés sur une fête particulière.


Les Concerts de Romainmôtier

«L’abbatiale est un lieu magnifique où l’on a envie de chanter!» C’est Michel Corboz qui l’affirma, en 1964, après son tout premier concert à Romainmôtier. Il est vrai que rares sont les édifices dont les murs existaient déjà lorsque toutes ces musiques ont été composées. Ce n’est donc pas un hasard si un petit groupe de passionnés programme avec ferveur, depuis bientôt 60 ans, des cycles musicaux de haut vol dans la petite cité du Jura-Nord vaudois. Dédiés aux musiques vocales ou instrumentales au printemps et en automne, et à la musique d’orgue en été, les Concerts de Romainmôtier attirent toute l’année des milliers de curieux et de mélomanes dans la fameuse abbatiale, pour applaudir les ensembles les plus réputés de la région et de l’étranger. Ils sont animés par une trentaine de bénévoles, dont les membres du comité.

concerts-romainmotier.ch


Informations pratiques

À 16h: en plus du concert à l’Abbatiale, l’organiste invité fait une brève présentation de l’orgue Alain, à la Grange de la Dîme, ou de l’orgue Tagliavini, à la chapelle Saint-Michel.
Durée env. 30 min. – Entrée libre
À 17h: concert à l'Abbatiale.

Votre soutien

En cinquante ans d’existence, l’Association des Amis de Romainmôtier, composée uniquement de bénévoles, a organisé près de sept cents concerts et accueilli quelques cent-trente mille mélomanes. En adhérant à l'association, vous lui apportez votre soutien et lui assurez sa pérennité.